Steeve, le barbu qui mange des vitamines sur sa trottinette

Le festival Alchimie du jeu c’est chaque année une centaine de nouveaux jeux mis en avant par les éditeurs partenaires.

(El Petit Buenapartiste) Bonjour Steeve, qui es-tu vraiment ? En quelques mots…
Bien sûr, je m’appelle Steeve et je suis bénévole sur le festival depuis 4 ans. La première année, j’étais un « simple » bénévole avant d’intégrer l’espace JAP (Jeux en Animation Permanente).
Je fais également partie du bureau du Buena Partida Social Club car j’aime m’investir pleinement dans les domaines qui m’intéressent.

Peux tu nous expliquer en quoi consiste la tâche ANIMATION PERMANENTE ?
Houlà, cette tâche est vaste et regroupe tout un ensemble de choses que je vais essayer de résumer et qui commence bien avant le festival.
Pour rappel, l’objectif de l’animation permanente est de proposer des jeux aux visi-joueurs qui ont été choisis en partenariat avec les éditeurs qui nous soutiennent (via un financement) et le comité.
La base du « métier » est donc de connaître les jeux de l’espace et de savoir les expliquer au public.
Ensuite, il y a des tâches suivantes en amont :

  • faire tourner les jeux durant les semaines précédent le festival dans les associations toulousaines pour s’assurer qu’un minimum de bénévoles les connaissent et n’ait pas peur de nous rejoindre,
  • faire un retour auprès des éditeurs des réactions recueillies durant ces « sessions de formation »,
  • motiver ses bénévoles pour qu’ils rejoignent effectivement cet espace,
  • trouver de bons mots lors des parties pour mettre de la bonne humeur, 🙂
  • communiquer avec les autres espaces pour regrouper toutes les animations (tournoi, tombola, présence de l’auteur, …) autour d’un jeu présent en animation permanente,
  • définir plan des tables de l’espace en fonction des jeux (répartition par « genre » et éditeur),
  • installer l’espace (mise en place des tables, chaises, moquettes, jeux sur les tables),
  • préparer des chevalets de présentation de jeux,
  • préparer des aides de jeux pour certains d’entre eux,
  • trouver de nouveaux supports pour coller des affiches et distribuer des tracts du festival

Durant le festival, il faut :

  • accueillir le public,
  • l’aider à choisir le jeu qu’il leur convient,
  • prendre soin à ce que les carnets d’évaluation des jeux soient renseignés par le public,
  • vérifier que tout jeu est pris en photo « en action »,
  • vérifier que tous les jeux tournent,
  • vérifier que nous ne sommes pas en sous-effectif (faire attention à la rotation lors des repas).

Après le festival, il faut :

  •  ranger l’espace,
  • faire un retour aux éditeurs,
  • retrouver une vie normale. 🙂

Heu, je crois avoir à peu près faire le tour.

Quels sont les qualités demandées pour participer à cette tâche ?
Déjà, il faut aimer les jeux, c’est primordial !
Ensuite, il faut une bonne dose de bonne humeur, le sens du relationnel, laisser sa timidité à la maison (le tee-shirt orange annihile toute timidité 🙂 ), un certain sens de l’organisation et de l’anticipation sans oublier bien sûr une bonne condition physique pour marcher dans ces vastes halls et tenir le coup durant tout le festival. D’ailleurs faut pas que j’oublie de prendre ma trottinette et d’acheter mes vitamines cette année !

Pourquoi est ce si chouette de participer à cette tâche ?
En ce qui me concerne, c’est pour de nombreuses raisons. La première est le partage d’une passion !
Chaque personne peut trouver du plaisir avec un jeu et il faut savoir parfois cerner la psychologie du visi-joueur pour dénicher LE jeu qui va lui parler.
Car, ne nous leurrons pas, tous les jeux ne correspondent pas à tous les publics et c’est toujours grisant d’avoir des personnes qui viennent nous remercier pour les conseils prodigués.

Ensuite, je dirais qu’il y a l’échange : échange avec le public, échange entre les bénévoles de l’espace, échanges avec les bénévoles d’autres espaces pour la circulation des informations complémentaires.
Et puis, il y a aussi la phase grisante de la préparation du festival où au fil des semaines, on sent la tension monter, les équipes se souder. Ca créé de beaux liens entre bénévoles et tout ça en assouvissant sa passion du jeu.
On a réellement l’impression de vivre une belle aventure collective qui plus est donne du bonheur à quantité de visi-joueurs.

Quels sont les moments de rush qui nécessitent le plus de bénévoles ?
Généralement, les plages tranquilles sont aux heures d’ouverture et avant la fermeture (excepté le dimanche en fin d’après-midi). Ensuite, le public va crescendo jusqu’à tard dans la soirée.
Et les plus gros rushs sont en milieu d’après-midi et début de soirée. Il arrive aussi que nous soyons à la bourre juste avant l’ouverture du festival.
Il arrive aussi que nous nous retrouvions en manque d’effectif pendant les heures de repas lors de rotations entre bénévoles.

Qui sont les autres responsables également membres du BPSC ?

Et bien, nous avons la chance d’être dans une association fortement impliquée dans l’organisation du festival même si le Buena Partida Social Club est née l’année dernière.
Au niveau des autres responsables de l’espace JAP, nous avons :

  • Natacha, grande spécialiste des jeux enfants mais pas que ! et relectrice infatigable des chevalets,
  • Dorian, le vénérable prézidan de notre association, véritable lien entre la logistique, les nouveautés, les avant-premières et les JAP : indispensable,
  • Bruno, le prof affecté à la saisie des chevalets (mais pas que !), merci !!!
  • Philippe, créateur du programme chevalJAP, artisan créateur du « El Petit Buenapartiste », la gazette localement inconnue,
  • Joaquim, l’expert es-trous dans les crayons à papier mais pas que,
  • Findel, le spécialiste des aides de jeux indispensables pour la compréhension des jeux par les visi-joueurs,
  • Christophe, le petit dernier, le bizuth parce qu’il en faut un !

Cette liste permet de se rendre compte de l’importance de l’association au sein de l’espace JAP car tous ses co-responsables sont adhérents au BPSC !!!

Est-ce que tu aurais en plus une anecdote ou un « meilleur » souvenir du festival à nous faire partager?
J’en citerais 2 :
Il y a 2 ans où nous avions retrouvé un jeu de l’espace 5 minutes avant l’heure d’ouverture du festival. Gros stress durant toute la journée où nous n’avions aucune idée de là où il était …
L’année dernière, la rencontre avec un couple et leur fille adolescente que j’ai vu les 3 jours du festival. En discutant avec eux, ils m’ont dit qu’ils étaient venus exprès d’Orléans !!! J’ai trouvé ça chouette de voir que le jeu pouvait aussi être un facteur de lien et de partage à l’intérieur d’une famille même à cet âge que l’on dit difficile de l’adolescence.

Merci d’avoir pris le temps de répondre à nos questions !

2 réflexions au sujet de « Steeve, le barbu qui mange des vitamines sur sa trottinette »

  1. « le tee-shirt orange annihile toute timidité 🙂 »

    Mais c’est tellement vrai !

    D’ailleurs, le jour où j’ai rencontré Steeve, il portait son beau t-shirt orange (que d’émotion) ^^

Un commentaire ?